ELECTIONS OU RATIFICATION A LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DES BARONNIES

vignes

Vendredi 13 janvier 2017 (porte bonheur ?), les 97 Conseillers communautaires des Baronnies sont appelés à élire leur Président et 15 Vice-Présidents, sans qu’ils aient reçu, au préalable, la moindre « profession de foi » des candidats en compétition, c’est à dire qu’ils ne sauront pas Qui est candidat et pour Quoi faire. Ils ne connaîtront rien des orientations et des projets des candidats, ni de l’organisation et des règles du jeu (statuts) de la collectivité qu’ils souhaitent diriger ; donner procuration dans ces conditions devient impossible, à moins de considérer que tout est déjà écrit ! et qu’il ne s’agit pas d’ELECTIONS mais d’une RATIFICATION.
UN PRESIDENT SANS PROJET
Pour l’élection du Président, on peut regretter en effet qu’il n’y ait pas eu, en début d’année, un appel à candidature formel auprès des Conseillers communautaires, afin que les candidats éventuels puissent faire connaître, à l’ensemble des électeurs, leurs motivations et leurs projets. Ce sont les pratiques démocratiques habituelles !. Mais puisque nous ne savons rien (!) et que nous sommes en période de voeux, je trouverai pertinent que le Président de la CCB soit Maire d’une petite commune et … qui plus est … une Femme !. Si le Président est Maire d’une petite commune, cela permettrait d’éviter la tentation de comportements hégémoniques, et si c’est une Femme, ce serait l’espérance que la solidarité et le bon sens soit au pouvoir.

DES VICE-PRESIDENTS SANS DELEGATION
Pour l’élection des Vice-Présidents on pourrait s’étonner que l’étape N°5 de la « Note descriptive d’installation » prévoit la Détermination du nombres de Vice-Présidents alors que l’Etape N°6, Election des Vice-Présidents, indique déjà que « l’élection des 15 Vice-Présidents se fera … ». cela signifie que tout est déjà totalement bouclé !

Mais ce qui pose problème, c’est que les 15 Vice-Présidents seront élus sans délégation, c’est à dire que l’on ne connaitra pas leurs attributions et leur domaine de compétence. Il faudrait les élire « Vice-Président » tout court !. C’est curieux mais cela ne se produirait pas si, après avoir élu le Président, le Conseil communautaire était invité à adopter (après débat ?) ses statuts ainsi que l’organisation des instances de gouvernance. Ceux qui ont élaboré le projet de fusion ont apparemment prévu de créer 12 Commissions Thématiques et 4 Comités Territoriaux animés par des Vice-Présidents (+ le Président), alors pourquoi ne pas l’annoncer tout de suite?

Il serait donc préférable que le Conseil communautaire adopte immédiatement ses statuts  ainsi que l’organigramme des instances de gouvernance, afin de pouvoir appliquer sans délai ses règles d’organisation et de fonctionnement, et notamment l’élection de chaque Vice-Président, avec une délégation précise. On pourrait alors élire directement, par exemple, la Présidente de la « Commission Enfance/Jeunesse » et le Président du « Territoire de Rémuzat », parmi des candidats motivés et compétents, plutôt que d’élire le 1er Vice-Président, puis le 2ème, le 3ème etc …car dans cette dernière hypothèse, cela veut dire qu’une autre autorité que le Conseil Communautaire décidera seul et a posteriori des attributions de chacun.